Mettre le monde à l'envers est peut-être le meilleur moyen de le remettre à l'endroit. 

23/08/2021

L'âge de la déraison

Mettre le monde à l'envers est peut-être la meilleure façon de le remettre à l'endroit.

Étant dyslexique, je considère que c'est peut-être le chemin le plus simple vers un Avenir souhaitable.

J'ai compris que j'étais dyslexique lorsqu'un jour j'ai entendu un de mes professeurs dire, sur le ton assuré qu'on utilise pour énoncer une vérité :

"Il n'y a pas de fumée sans feu".

Et dans ma tête, la phrase était inversée, avec une petite voix qui me disait :

"Le contraire est aussi vrai: il n'y a pas de feu sans fumée".

Je ne sais pas s'il y a du feu sans fumée. Mais ce dont je me souviens, c'est que c'était drôle de mettre le monde à l'envers et que, peut-être, l'erreur est d'oublier la Vérité "contraire".

Maintenant que je suis soi-disant un adulte, j'AIME ma dyslexie ! En partie grâce à Nils Bohr qui a dit

"Le contraire d'un fait est un mensonge, mais le contraire d'une vérité profonde peut très bien être une autre vérité profonde."

Prenons l'exemple de la façon traditionnelle de voir les choses, attribuée à Saint Thomas :

"Je ne crois que ce que je vois".

Maintenant, inversons-la : "Je ne vois que ce que je crois".

Ne pensez-vous pas que c'est beaucoup plus approprié ? Et qu'il reflète quelque chose de très "vrai" ?

Sans entrer dans des explications compliquées sur les biais cognitifs, nous savons tous que nous ne voyons pas ce que nous ne croyons pas. Ou que nous ne voulons pas croire.

En fait, la vision crée la réalité.

La physique moderne a maintenant prouvé que "c'est notre esprit qui définit la réalité et non l'inverse".

Le philosophe Bergson l'a dit d'une manière très poétique :

"L'œil ne voit que ce que le cerveau est prêt à comprendre".

"La réalité" est une histoire que nous nous racontons. 

c'est ce que nous croyons être vrai ou possible dans les limites de nos "perceptions" et de notre imagination.

Ainsi, ce que nous appelons notre réalité peut facilement devenir la "prison" des concepts normatifs et de la "sagesse conventionnelle" qui nous enferment dans la "pensée routinière", si l'on peut encore appeler cela Penser.

D'où la nécessité d'aborder les choses "à l'envers" et "à l'endroit" pour ouvrir de nouvelles portes.

Essayons maintenant un exercice ludique pour pratiquer la sagesse non conventionnelle :

1. identifiez les concepts les plus rigides, les mantras et les pratiques apparemment INterdites de notre époque 

2. adoptez-les au maximum en les inversant 

3. voyez quelle ampleur de liberté cela ouvre dans votre esprit.

Voici quelques exemples

- rendre le familier NON familier

- penser l'IMpensable

- Imaginez l'INimaginable

- adoptez une sagesse NON conventionnelle

- Créez des approches NON orthodoxes

- aimez l'IMprévisibilité

- remettez en question l'INquestionnable

- voyager dans des territoires INconnus

- commencer à DEfaire au lieu de faire 

L'heure est à la "déraison".

Comme décrit par Charles Handy :

"Nous entrons dans une ère de déraison, une époque où l'avenir, dans tant de domaines, sera façonné par nous et pour nous ; une époque où la seule prédiction qui se vérifiera est qu'aucune prédiction ne se vérifiera ; une époque, donc, pour une imagination audacieuse dans la vie privée comme dans la vie publique ; pour penser l'improbable et faire le déraisonnable.

Dites-nous, voyez-vous combien cela pourrait être joyeux ?